Le cabinet d’avocats Linklaters lance sa Fondation d’entreprise

 

Dans la continuité de plus de 20 ans d’initiatives pro bono portées par ses 300 avocats et salariés en France, Linklaters franchit aujourd’hui une nouvelle étape de son engagement en créant sa fondation d’entreprise.

Initiative inédite en France pour un cabinet d’avocats, la Fondation d’entreprise Linklaters s’inscrit pleinement dans l’ADN du cabinet qui place l’engagement dans des projets d’intérêt général au cœur de sa stratégie de développement, au même titre que les autres indicateurs notamment financiers.

La continuité de l’engagement sur deux piliers

En cohérence avec les actions menées jusqu’à présent et les valeurs d’innovation et de créativité du cabinet, la Fondation d’entreprise Linklaters œuvrera selon deux axes principaux :

  • la pédagogie solidaire, visant à lutter contre les différentes formes d’exclusion par l’éducation, l’aide à l’insertion ou la réinsertion dans l’emploi et l’accompagnement vers l’entrepreneuriat ; et
  • le mécénat culturel, avec le soutien à des institutions dans le cadre d’expositions majeures dans le domaine de l’art contemporain et la constitution d’une collection de photos exposées dans nos locaux.

La Fondation d’entreprise : une nouvelle ambition pour l’action pro bono de Linklaters

La structuration en une Fondation d’entreprise de l'ensemble des activités pro bono du cabinet illustre la vivacité de l’ambition sociétale des équipes de Linklaters et leur volonté de donner aujourd’hui une nouvelle dimension à leur engagement en soutenant de nouveaux projets, en imaginant de nouvelles synergies et en créant dans la durée des formes d’accompagnement plus adaptées. La Fondation est le cadre qui va permettre aux équipes de Linklaters d’innover et de se dépasser.

L’une des pistes qu’explorera notamment la Fondation dans les mois à venir consiste à rapprocher ses deux piliers d’actions en soutenant des démarches d’insertion ou de réinsertion par la culture. Les partenariats, en cours de réalisation, avec La Fabrique du regard du BAL – autour de la pédagogie de l’image pour des collégiens et lycéens de l’éducation prioritaire – ou avec l’association La Source fondée par Gérard Garouste – pour le développement de la créativité artistique de jeunes en situation difficile ou d’exclusion – en sont deux expressions.

Une vocation : l’accompagnement global dans la durée

Les collaborateurs de Linklaters envisagent leur soutien à des associations ou à des projets vertueux comme un accompagnement global et de long terme, qui prend la forme d’un soutien financier accompagné de mécénat de compétences. Si la nature des initiatives soutenues sera diverse, l’engagement de la Fondation Linklaters sera ainsi toujours synonyme d’aventures humaines, à l’image de celle qui lie par exemple le cabinet à l’ADIE (Association pour le Droit à l’Initiative Economique) depuis 10 ans.

Le projet d’hommes et de femmes engagés

Au cours de l’année 2014, 76 personnes du bureau parisien de Linklaters  ont consacré un total de 1560 heures à des actions solidaires, portées notamment par deux associés du cabinet : Anne Wachsmann-Guigon, associée en charge des politiques de mécénat culturel, et Pierre Tourres, associé en charge des actions de pédagogie solidaire, respectivement Présidente et Vice-Président de la Fondation.

Cette forte mobilisation, également impulsée par Paul Lignières, Managing Partner du bureau de Paris, traduit un état d’esprit de plus en plus partagé par les professions juridiques et dont Linklaters est fier d’être l’un des pionniers. Cet engagement est reconnu et en octobre 2015, lors de la 4e édition des Trophées Pro Bono du Barreau de Paris, le Prix « En équipe » a été décerné à Linklaters.

Linklaters a souhaité que cette mobilisation interne impliquant également Roland Ziadé, associé du cabinet, soit enrichie par la présence, au sein du Conseil d’administration de la Fondation, de personnalités dont les profils témoignent de l’ouverture de la Fondation vers la société. Ces nouveaux visages sont Bénédicte Bahier, Directrice juridique, membre du Comité de Direction du groupe Legrand et ancienne avocate chez Linklaters, Claire Léost, Directrice générale de l’Univers Grand public chez Lagardère Active, ainsi qu’Eric de Chassey, Historien de l’Art, Professeur à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon et ancien Directeur de la Villa Médicis.